Martine et Patrick Ferret

D’où venez-vous ?
Je suis née à Cenves, j’ai fait mes études d’aide-soignante à Monsols, ensuite je suis partie travailler sur Lyon, dans les Monts d’Or et dans le milieu hospitalier. Ensuite je suis partie, je suis revenue en Bourgogne au sanatorium de Bergesserin, et aujourd’hui j’habite à Serrières dans un petit hameau du 17ème siècle, aux Monterrains

Pourquoi ce métier ? Quel est votre parcours ?
Mes parents à Cenves avaient une exploitation agricole, tout en vente directe sur les marchés, à la maison, et en porte à porte. Donc je connaissais déjà ce milieu. Mon papa était de souche viticole, et moi je suis toujours allée dans les vignes, depuis que je suis toute petite et après pour les vendanges, au cuvage, déguster les vins, etc. J’ai toujours aimé ça.
J’ai arrêté de travailler dans le domaine médical et j’ai rejoint mon mari à l’exploitation viticole dans les années 80. A cette époque, mes beaux-parents vendaient beaucoup au négoce, et donc moi j’ai commencé à amener la vente directe pour le vin. On a commencé par 6 000 bouteilles en 1986. On est allés à Paris, démarcher les restaurants, les caves à vins, on s’est fait remballer, certains nous ont rappelé, et en redescendant on a fait toute la Nationale, on s’arrêtait partout et petit à petit on est revenus à vide. On a continué, on a fait notre 1er salon dans le Puy-de-Dôme, à Romagnat: la foire aux cacahuètes ! Puis chaque année on en a fait d’autres, on a continué pour faire connaître notre vin. Un travail de fourmi comme on dit. On a décidé de développer aussi l’accueil. Quand les gens venaient nous voir, s’ils voulaient dormir il n’y avait pas grand-chose autour, donc on a monté un dossier Gîte de France et on a fait un premier gîte (le Monterrain) 11 couchages. En 2001, on a ajouté un gîte d’étape (l’Ecureuil) qui peut être partagé. Ensuite on s’est inscrits à France Passion, pour devenir accueil de camping-car.

Pourquoi ici ?
Aujourd’hui je suis à Serrières dans une petite exploitation viticole familiale, depuis 5 générations du côté de mon mari. On s’est rencontrés par les Conscrits, et je l’ai rejoint pour travailler dans les années 80. C’est un endroit où il fait bon vivre et où on est bien !

Votre endroit préféré sur le Grand Site ?
J’aime bien Solutré. C’est vrai, c’est là qu’on conseille aux gens d’aller quand ils viennent chez nous. J’aime aussi tous les paysages autour de chez nous : à Cenves on a des paysages très différents de Solutré, ça ressemble plus au Charollais. Il y a plein de coins superbes autour de chez nous. On a la chance d’avoir les vignes, les prés et les bois.

Votre meilleur souvenir sur le Grand Site ?
En 1981, j’ai eu des jumelles surprise sur le Grand Site ! A la naissance en voilà une, et voilà une deuxième, ce n’était pas prévu. Personne ne l’avait vu venir, tous mes examens étaient normaux, je n’avais pris que 8kg durant ma grossesse, on ne s’y attendait pas du tout, ni mon mari et moi, ni les médecins.